The Art of Pho, la Bande Dessinée numérique et la Fable quotidienne

The Art of Pho, la Bande Dessinée numérique et la fable quotidienne

La Bande Dessinée s’exprime et se raconte différemment avec le web. L’exemple avec Art of Pho, cette BD interactive qui à déjà trois ans et qui nous démontre ce que le web permet de faire à des auteurs talentueux.

Le projet The art of Pho

La BD animée est adaptée du roman graphique de Julian Hanshaw racontant l’histoire de Little Blue, une étrange créature bleue parcourant Ho Chi Minh ville pour apprendre la recette du Pho, un met local très répandu. Ce petit chef d’œuvre est un mélange de tranche de vie, de rêverie et d’invitation au voyage et à la découverte.
Ensuite, l’histoire a été adaptée au format numérique afin d’être promue sur internet. Cependant l’adaptation ne s’est pas contentée de transposer une version papier, au contraire elle s’est servie des possibilités qu’offre internet pour s’enrichir de sons et d’effets nouveaux. C’est ainsi que The Art of Pho s’ouvre sur le ronronnement d’une voiture qui nous promène dans une campagne bordée par les chants d’oiseaux. Puis, Little Blue entre dans une ville sur quelques notes de blues où l’aventure se poursuit.
La petite histoire est composée de quelques scènes où il nous est demandé d’intervenir régulièrement en cliquant sur telle ou telle partie de l’image pour poursuivre l’excursion.

La Bande Dessinée numérique en devenir

The Art of Pho mélange plusieurs éléments prometteurs qui donneront très certainement à la Bande Dessinée numérique ses lettres de noblesse. En premier nous pouvons noter cette ambiance, ce fond sonore de rues, de klaxons, de chants d’oiseaux, de bruissements de voix. Cet assemblage qui manque au format papier est ici possible. Tout le fourmillement de bruits nous immerge dans la ville sans nous envahir, le lecteur-auditeur se laisse bercer par cette douce cacophonie si familière en poursuivant son chemin à travers les bulles de ce monde imaginaire. Les étapes sont signalées par un bruissement qui rappelle le son du crayon sur le papier et donc l’atelier du dessinateur.

L’interaction est aussi au rendez-vous, encore peu développée elle fait participer le lecteur sans pour autant lui donner un réel pouvoir de décision. On peut visiter les pièces des habitations afin de trouver des indices qui nous permettront de progresser dans la quête de la recette du Pho et notre visite du Vietnam.
Mais plus que la qualité technique, c’est surtout l’ambiance crée qui impressionne et surtout cette bande sonore qui nous rappelle avec maestra que nous sommes dans une bande dessinée. Or n’est-ce pas curieux que ce soit une sensation habituellement absente de la bande dessinée qui nous y émerge ici d’autant plus ?

Sans trop en dire sur l’histoire, je préfère laisser les lecteurs tenter l’expérience de The art of Pho

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *