John Maeda et le graphisme réactif

John-Maeda

Portrait de John Maeda

Graphiste et explorateur du numérique, John Maeda a toujours questionné les liens entre l’art et la technologie. Ses oeuvres, reposant sur la répétition de choses simples offrent une vision unique sur l’art numérique. Ce professeur du MIT, classé parmis les personnes les plus importantes du monde d’aprés le magasine Esquire est un mentor pour un grand nombre de graphistes.

 

La vie d’un artiste unique

 

John Maeda avait deux passions, l’art et les mathématiques. Ce fils d’un couple japonais qui a immigré aux Etats-Unis en 1957 entra, avec l’appui de ses parents, au MIT en 1984 avec un Macintosh première génération pour étudier l’informatique. Cependant, c’est en découvrant par hasard un livre du graphiste Paul Rand en bibliothèque qu’il trouva sa voie. Ne pouvant se résoudre à  une séparation entre l’art et la technologie, car pour lui les deux sont indispensables pour allier avec pertinence une vision et une construction, et sous l’impulsion de Muriel Cooper A  l’origine des premières oeuvres en infographie, il quitta le continent américain pour une école d’art au Japon. Il débuta au pays du soleil levant une carrière d’infographiste à succés.

Quelques années plus tard, il retourne au MIT en tant que Sony Professor de sciences des médias au sein du laboratoire des médias et directeur du Aesthetics and Computation Group. Il eut alors le privilège d’accueillir son modèle Paul Rand pour une conférence matinale au MIT sur le graphisme. Il continue néanmoins une carrière de graphiste indépendant.

L’oeuvre de John Maeda

John Maeda Dynamics Form

Un résultat du programme de Dynamics Form

Tenant à  ne plus garder séparécalcul et visuel, John Maeda proposa dans ses oeuvres une alliance entre les deux concepts. Il a conçu de nombreux travaux reposant sur une répétition d’images et d’objets simples. Il a d’ailleurs participé à  un TEDx qui résume son travail sur la simplicité. L’une de ses premières créations est un logiciel pour le projet Dynamics Form qui permet de recouvrir les formes des lettres par 10 000 mots.

 

 

John Maeda, l'éventail Sony

L’éventail Sony compile des centaines d’images pour créer un éventail.

Le point central de son travail est l’entrée du code d’un programme qui transforme l’ordinateur en une machine à  concevoir capable de reproduire d’infinies variations sur un même thème. Le processus initial doit toujours être simple et clair. Les oeuvres de John Maeda mettent en avant des programmes informatiques en interaction avec des formes, des couleurs et des mouvements. L’ordinateur réagit comme un organisme? Le but du graphisme réactif est de placer le système sensoriel humain sur le plan de l’instinct, plutôt que sur celui de la communication àl’inverse du graphisme intéractif. Un page qui change de couleur selon le mouvement de la souris, une tentative pour peindre le temps, voici des projets de John Maeda. L’un des plus emblématique est trés certainement The reactive Books qui compile en grand nombre de ses travaux intéractifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *